San Pedro de Atacama Celestial Explorations

La solution complète pour observer le ciel d'Atacama

Instruments

Tous ces instruments ne sont pas venus en un jour. J'ai possédé nettement plus d'autres instruments, la plupart construits, puis revendus (entre 150mm et 400mm). Cette liste me sert un peu d'inventaire et ne comprend que ceux que je possède et utilise aujourd'hui où dont je me suis séparé récemment. Depuis que j'ai ouvert mon observatoire public dans le nord du Chili, j'ai une excuse pour en acheter et en construire plus :) Cette liste est donc amenée à s'agrandir. En fait elle a commencé toute petite, et maintenant ça ressemble à un supermarché de télescopes :). Je n'ai pas compté tous mes instruments, comme on dit, quand on aime, on ne compte pas... :)

- Plusieurs pointeurs laser. Au départ je les achetais chez Skypointer. J'achète en gros un pointeur laser tous les 6 mois, parce que utilisés tous les soirs, ils finissent par s'user, tomber par terre, avoir des pannes d'interrupteurs, etc... J'ai aujourd'hui 4 ou 5 lasers en utilisation, entre 20 et 150mW que j'utilise en fonction de la phase de la lune. Aujourd'hui nous achetons nos lasers en Chine. Pendant plusieurs années, nous avons acheté des lasers qui utilisaient des piles AAA, puis AA, et dans l'ensemble ils étaient assez fragiles avec pas mal de pannes, notamment avec des interrupteurs qui ne fonctionnaient plus. Depuis une bonne année, nous achetons des lasers avec des accus rechargeables 18650. Le pb avec les marchands chinois est leur volatilité, donc telle boite peut vendre des lasers (chercher "green laser pointer") et 6 mois plus tard ne plus exister...

Jumelles :

- Une paire de jumelle Celestron 7x50. Pas transcendantes, mais pratiques tout de même. Mes premières jumelles.

- Une paire de jumelles Nikon 10x50. Très bien, pas très chères.

- Une paire de jumelles stabilisées Canon 10x30. Trouvée en promotion à -30% chez Auchan. Elle sont légères, et surtout la stabilisation marche vraiment très bien. C'est un régal à utiliser. Moins lumineuse que les 7x50, mais vraiment sympa. L'optique sans être parfaite est très bonne. Super pour les rayons verts, la lune, les satellites de Jupiter, la voie lactée, et les paysages d'ici.

- Deux paires de jumelles Celestron 25x100 dont une est montée sur un pied parallélogramme. Le second devrait suivre. Très belles visions de la voie lactée.

- Une paire de jumelles Swarovski 12x50, qui était un vieux rêve. Elles sont vraiment très très bien. J'avais observé la première fois dans des Swaro chez Franck Valbousquet et la différence entre des jumelles "normales" et des Swaro est impressionnante. Je pense que je ne trouverai pas mieux, elles sont chères mais valent largement leur prix. Comparée avec des 15x56 stabilisées Canon (ça aurait été mon second choix), les Canon sont plus lourdes, la stabilisation est très efficace, mais au niveau luminosité, rien à voir, le fond de ciel sur les Canon est noir, avec la Swaro la luminosité est nettement plus grande.

- Une paire de Canon 15x50, trouvées d'occasion. Je les utilise souvent, mais sur le ciel, les Swaro sont quand même la classe au dessus au niveau luminosité...

Lunettes :

- Une lunette fluorite Celestron (i.e. Vixen) de 70mm de diamètre et 560mm de focale. Munie de quelques oculaires, d'un réducteur de focale Vixen (ramenant la focale à 400mm) 
Cette lunette se fixe aussi sur un pied photo qui m'a permis de l'emmener un peu partout, et de faire des photos au foyer. Son aspect extérieur prouve qu'elle a été emmenée un peu partout. L'optique reste excellente néanmoins. Elle a été supportée par un support réglable Takahashi TGM2, mais comme finalement il y a toujours une étoile guide disponible avec la caméra Titan, par deux colliers solides pour que ça ne bouge pas. En ce moment, stockée, non utilisée.

- Une lunette apo de 80mm Tecnosky que je n'ai pas encore eu le temps d'utiliser. Il faut que j'achète le correcteur de champ qui correspond. Je l'utilise des fois avec un filtre solaire daystar quark, mais trop rarement.

- Une lunette fluorite Takahashi FS102 de... 102mm de diamètre et 800mm de focale. Équipée des mêmes accessoires que la précédente (avec le réducteur de focale Takahashi donnant une focale de 600mm). Filtre solaire Baader. Utilisée pour les deux dernières éclipses totales de soleil. Excellente lunette donnant des images très piquées. En dernier utilisée en parallèle avec une lunette guide de 120 mm Celestron. Non utilisée pendant longtemps elle vient de retrouver vie grâce à une monture Taka EM200. Utilisée avec son réducteur de focale (F/6) et le Sony A7s, donne des images très belles en très peu de temps de pose, sans guidage, tranquille. Elle est pourvue d'une focalisation motorisée robofocus.

- Une lunette achromatique Celestron de 120mm de diamètre, utilisée en lunette guide de temps à autres.

- J'ai revendu en 2015 une lunette Astrophysics Starfire 130mm avec correcteur de champ et adaptateur pour  caméra STL11000. L'Epsilon 200 a une focale similaire mais une ouverture relative de F/4 comparé à F/8, donc pour beaucoup moins cher, on a une nettement plus grande luminosité. Sinon pas mal l'Astrophysics, mais bon 130mm ça ne va pas loin.

- Coronado de 60mm, petite lunette solaire, dont mon seul regret est de ne pas avoir assez de temps pour l'utiliser régulièrement. C'est quand même bien sympa l'observation solaire.

Télescopes azimutaux utilisés ou ayant été utilisés pour les tours :

Télescope de rue de 17cm. Un petit dobson terminé en Mai 2006 de façon à montrer la lune et les planètes aux gens, depuis notre agence à San Pedro. Plus guère utilisé, mais c'est un bon télescope, bonnes images pour le diamètre.

Télescope LX200 10 pouces (254mm) F/D 6.3. J'avais acheté ce télescope afin de pouvoir disposer d'un télescope automatique pour l'imagerie CCD. Dans la pratique, il me sert actuellement en mode azimutal, lors des tours, où le pointage automatique se révèle très pratique afin de ne pas perdre de temps. J'ai récemment réaligné complètement l'optique de ce télescope, et ai pu commencé à voir des tâches d'Airy lorsque le ciel s'y prête. A refaire, je prendrais un modèle en F/10, d'ailleurs la fabrication des modèles en F/D6.3 a été arrêtée (obstruction centrale très forte). Depuis Juillet 2005, ce télescope est utilisé sur une colonne en acier coulée dans un socle de béton que m'ont aidé à installer quelques amis de passages à ce moment là (Merci à Boris, Guillaume, François, Eric...).

- Un second télescope LX200 de 250mm à F/10, racheté à Martine Castets. Il sert durant les tours pour montrer les planètes, optique de très bonne qualité, donnant une image supérieure à ce que donne le Mewlon de 200mm. Toutes les personnes qui observent Saturne me demandent si c'est réellement l'image, où s'il y a une diapo dans le porte oculaire. Ces télescopes vieillissent, et leur électronique est maintenant quasi introuvable, pour l'instant j'ai encore de quoi réparer les prochaines pannes, mais à terme ça sera un problème... Croisons les doigts.

- Un télescope LX200 de 30cm à F/10. Utilisé pendant les tours. Optique correcte mais loin d'être transcendante. Mesurée à un sixième de longueur d'onde à l'interféromètre.

- Un télescope de type Dobson de 330mm de diamètre (miroir de 13 pouces) à F/4.5. Le miroir provient de Discovery Telescope en Californie. Je l'ai monté sur une monture construite rapidement à partir d'éléments fabriqués par Roberto Castillo. D'une part un barillet à 9 points en aluminium moulé, et d'autre part, un anneau de tête. Comme ce télescope est utilisé pour des observations publiques, je l'ai réalisé de telle façon que ses mouvements soient relativement durs de façon à ce qu'une personne ne le dépointe pas si facilement que si il était ajusté pour un public plus habitué à l'observation astronomique. C'est le premier télescope que j'ai fait pour les tours, et il y a eu plus de 150000 personnes (en 2016) qui ont du regarder dedans.

Un télescope azimutal de 45cm à F/5. Je voulais faire un dobson, puis finalement j'ai fait un azimutal, avec des roulements à billes avec des entraînements par friction. Comme il est fait pour les tours, il devait être le plus imposant possible (c'est en général l'inverse, mais là, il faut qu'il fasse gros télescope :) ). L'optique est aussi Discovery telescope. Il est entré en service le 12 Août 2006. Il vient d'être revampé, tube métallique et sera à terme motorisé. Il faut que je trouve le temps de faire des photos et d'updater la page web.

Un second télescope azimutal de 45cm à F/4.1. Entré en service le 10 Avril 2009. Il est utilisé pour les tours. L'optique est très bonne, c'est un plaisir à utiliser. Il a été modifié en 2017, il est entièrement métallique, ce qui est nettement plus adapté au climat local.

Un télescope azimutal de 60cm à F/3.2. Ce télescope a été utilisé pendant pas mal d'années avec le miroir de 610mm qui va aller dans mon télescope équatorial, en début 2012 j'ai changé le miroir. Il a été notre premier télescope de 60cm, la fourche était en acier, le tube fait en partie en alu et en partie en bois. Les 2 60cm visuels sont des optiques Cardoen. La structure du télescope (tube et fourche) a été construite en 12 jours avec l'aide de Raoul. Le passage de télescopes de plus en plus gros permet d'avoir des images vraiment bien à montrer, et le public, même complètement néophyte est très impressionné par la vision dans le télescope, et c'est le but recherché. Ce télescope a été démonté et une bonne partie (la fourche et l'avant du tube) a été réutilisé dans le 72cm. L'optique va être réutilisée à terme dans un second équatorial de 60cm. Là aussi la règle des 90% s'applique : 90% du projet prennent 90% du temps et les 10% du projet, un autre 90%. Entre avoir toutes les pièces et le télescope sous le ciel, il y a encore du temps. L'entrainement sera fait par des roues dentées Byers de 55cm de diamètre et une électronique MCMT32.

Un second télescope azimutal de 60cm à F/3.2. Le tube optique quasi terminé a été racheté à Guillaume Blanchard, et nous avons construit une fourche azimutale.

- Un troisième télescope azimutal de 60cm, à F/3.2, copie du précédent, racheté à Stéphane Guisard, idem, terminer le tube, construire la monture, etc... Il est actuellement en test et est motorisé via un système Sidereal Technology

- Un télescope azimutal de 50cm à F/4, utilisé pour la location. Avec une optique de Galaxy Instruments, qui pique bien. Au départ un dobson en bois (dobson : Dispositif Orientable en Bois pour Séance d'Observations Nocturnes), mais il a très vite commencé à se fracturer, et la construction n'était pas idéale (miroirs collés, pas de barillet pour le primaire, images astigmatiques, porte oculaire de mauvaise qualité). Maintenant il est en métal, et fonctionne bien.

- Un télescope de 30cm azimutal qui va servir de prototype pour tester le software d'entrainement de télescopes azimutaux. Le software existe, il donne les bonnes valeurs de vitesses en azimutal et hauteur, ce télescope va permettre de tester sur le ciel. L'optique est à F/5 poli ionique, cadeau de Guillaume. Avant ce télescope avait un tube bois aluminium, et je l'ai utilisé un peu en photographie CCD sur la monture Astrola. Pour l'instant stocké à l'atelier.

- Un télescope de 72cm, pour l'instant le plus grand utilisé dans l'observatoire. Optique achetée sur ebay. On a pris pas mal de temps avant de le terminer, il a fallu refaire une dalle de béton autour du télescope beaucoup plus grande que les autres et acheter une échelle digne de ce nom. Il faudra que je fasse une page web. Très belle optique, en zérodur épais. Le miroir et son barillet pèsent 96kg. Non motorisé pour l'instant, mais il y a tout pour le faire, sauf le temps.

Télescopes équatoriaux utilisés pour les tours :

- Un télescope de 20cm Newton à F/4.8. La mécanique du tube a été réalisée par Roberto Castillo, j'ai fait faire la peinture du tube chez un carrossier, et j'ai peint les embouts de tube et autres supports avec une peinture de couleur Takahashi. J'ai fait réaliser cette peinture dans un atelier de peinture en donnant une pièce de la monture en modèle. De loin on pourrait croire à un télescope Taka, mais il m'est revenu moins cher. Le porte oculaire est un modèle Trassud, fabricant français apparemment aujourd'hui disparu :(. La vision dans cette optique avec l'oculaire Nagler de 31mm donne un champ de 2.5 degrés, entachée d'une énorme coma, mais avec un filtre UHC, la nébuleuse Eta Carène est somptueuse. Depuis Mai 2004, ce télescope possède sa propre monture, une équatoriale allemande sur colonne achetée d'occasion ici. C'est une monture d'origine inconnue, mais je pense française, roulements à billes SNR, moteur synchrone Crouzet. C'est une monture relativement ancienne, puis que le cercle gradué de déclinaison est gradué de 0 à 180°, donc j'imagine qu'elle date d'avant la seconde guerre mondiale. Pour l'instant, je l'utilise sans motorisation, le plus souvent avec un oculaire grand champ de Meade de 32mm de focale donnant un champ de 2° permettant de se balader dans la voie lactée. Durant mes tours, je laisse ce télescope en libre service de façon à ce que les observateurs puissent découvrir d'eux mêmes la voie lactée. Pas le temps de faire une page web dédiée. Je dois terminer une motorisation à base de carte Arduino, testée sur table, mais pas eu le temps de monter tout ça dans une boite, faire les connecteurs, etc...

- Télescope Celestron 14 orange sur monture à fourche. La monture d'origine n'est pas géniale, mais bon, ça suit les objets (erreur périodique de une minute d'arc). Actuellement je dois refaire la motorisation, ça fait partie des projets qui traînent depuis quelques temps. Je l'utilise durant mes tours avec un oculaire Meade Super Wide Field de 40mm qui donne des images somptueuses d'amas globulaires, de nébuleuses planétaires et de galaxies. A une époque, j'avais failli le renvoyer à Celestron pour refaire l'optique et le prix était le même qu'un miroir de 50cm, donc il est et restera dans cet état, témoin des optiques de qualité douteuse des années 70...

Montures de location :

Tout ceci concerne du matériel que j'ai acheté pour louer aux amateurs qui viennent ici, mais donc le reste du temps je peux les utiliser si je veux

- 2 star trackers, un Vixen Polarie, acheté en 2013 et un star tracker iOptron acheté en 2014. L'iOptron est nettement mieux pensé. Il y a une petite application Iphone qui permet de savoir où placer sigma Octantis en fonction de l'heure et de la date, et surtout le viseur polaire est permanent, i.e. on peut pointer le pôle avec l'appareil photo monté. Sur la Polarie, on doit démonter plusieurs trucs, dont la rotule de l'appareil photo, on fait l'alignement puis on monte l'appareil photo, donc le poids de l'appareil photo fait que l'alignement polaire n'est plus bon.

- une monture CG5

- une monture HEQ5 goto, bonne petite monture

- une monture iOptron EQ45, bien, logiciel bien foutu. Mise en station bien précise grâce au réticule du viseur polaire et l'appli iphone qui positionne sigma octant dans le viseur. Sauf qu'elle ne fonctionne pas bien en mode remote via prism, malgré un changement d'électronique etc... (genre suite à un pointage, la monture va à l'endroit où elle doit aller, mais elle oublie de se remettre en mode de suivi sidéral). Donc en autonome elle marche bien.

- Une monture EM200 Takahashi. Rachetée d'occasion à PJ Pallez, elle m'a servi de monture pour l'astrophotographie pendant pas mal d'années, ayant même son propre abri. Utilisée au départ avec la lunette Takahashi, puis ensuite un Mewlon de 210mm que j'ai fini par revendre. N'étant pas goto, elle était difficile à utiliser.

- Une seconde monture EM200 sur pilier métal.

- Une monture EQ8. Marche bien.

Mes télescopes rien qu'à moi (non utilisés pour les tours).

Télescope 250mm fabrication Florsch. Télescope pour moi mythique, puisque un modèle similaire équipait l'observatoire Kaplan de Vandoeuvre où j'observais lorsque j’étais d'une part en Lorraine (Nancy) et d'autre part beaucoup plus jeune :-). Télescope de grande qualité (fourche en fonte d'alu, miroirs Bacchi, etc...). Je l'ai gardé 4 ans en état sans l'utiliser, et j'ai passé un peu de temps à l'arranger, ai démonté toutes les pièces, poncé ces pièces une par une, y compris les vis et les rondelles en bronze que je ne peux pas trouver ici. J'ai repeint les pièces en fonte d'alu avec une peinture martelée bleu mer, et le tube en blanc. Il faut que je trouve le temps et l'argent de refaire une motorisation correcte, mécanique comme électronique, et le monter en fixe... un projet qui finira par terminer...

- Une monture NEQ6, que j'ai achetée pour remplacer la EM200 qui n'était pas goto. Elle est sur un pilier en béton et sous un abri motorisé que je dois terminer d'automatiser. Finalement pour le prix c'est assez bien. L'électronique était un peu nulle. Les moteurs pas à pas sont couplés à la vis sans fin via des roues dentées droites ce qui donnait pas mal de jeu. En utilisation manuelle ça marchait à peu près, mais pour l'observation automatique, c'était une catastrophe. Le logiciel est assez médiéval, il existe un genre modèle de pointage basé sur des triangles avec des étoiles de référence, et la précision de pointage baissait nettement si on pointait en dehors des dits triangles. Ce modèle de pointage devait être fait à la main en pointant étoile après étoile. Le pointage était assez limite (mais bon ce n'est pas non plus une Nova120) et le recentrage automatique ne fonctionnait pas. L'objet voulu était généralement plutôt vers le bord du champ, et le recentrage automatique, qui fonctionne bien avec d'autres montures faisait que le télescope s'en allait jusqu'à quelques degrés du champ, pour revenir, mais mal. Même en enquillant plusieurs recentrages automatiques l'objet n'était jamais centré. Comme de plus l'électronique de base est tombée en panne, j'ai remplacé tout ça par une motorisation MCMT2 en montant les moteurs pas à pas directement sur la vis sans fin. Maintenant ça marche pas mal. Me reste à faire une calibration de l'erreur périodique, mais pas encore eu le temps. J'ai un télescope Ritchey Chrétien GSO (chinois) avec tube carbone dessus et je m'en suis servi pour faire des tests de mesure de seeing (DIMM), mais ça fait plusieurs années que je ne l'ai pas utilisé.

- Une monture AZEQ6, sur laquelle j'ai monté une caméra STL11000 avec un téléobjectif Canon de 135mm à F/2. Je me suis bien amusé à faire de la photographie grand champ avec ce système. J'ai mis un robofocus qui via une courroie crantée passée autour de la bague de mise au point permet de focaliser précisément. A terme devrait lui aussi faire de la surveillance du ciel. J'ai un gros script sous prism permettant de l'utiliser.

- Une autre monture AZEQ6, qui est pour le prix, une très bonne monture. Je verrai ce que j'en ferai dans le futur (peut être la même utilisation que la précédente, mais avec un téléobjectif de 300mm à F/2.8).

- Un Ritchey Chrétien de 150mm de Astro-Tech. 500 dollars avec le porte oculaire, difficile de faire moins cher. Il a été utilisé pendant un moment comme télescope guide du télescope de 40cm de CAO. J'ai aussi un 20cm de la même marque, tube carbone.

- Un tube optique Ritchey Chrétien Astrosib de 25cm. Très bel instrument, en arrêt en ce moment. Utilisé normalement avec une caméra STF8300 et une roue à filtres FLI. F/8 donc il faut poser beaucoup pour avoir un peu de fond de ciel. J'ai fait faire mais pas encore installé un correcteur optique pour ce télescope (lentilles fournies par le fabricant). Il est un poil trop lourd pour la NEQ6. Donc en ce moment en stockage.

- Un astrographe Epsilon de 200mm. Utilisé avec une STL11000 avec la grande roue à filtres. Il a été au départ installé sur une monture AP1600 que j'avais acheté et que j'ai revendue ayant besoin d'argent pour un autre projet. Depuis j'ai acheté une monture EQ8 mais ai eu très peu de temps pour peaufiner la collimation. Le piqué d'image de ce télescope est assez impressionnant, on arrive à des tailles d'images de l'ordre de 1.5 pixels au centre, par contre obtenir des images nettes sur tout le champ d'un grand CCD est un peu pointu. Je n'ai plus eu le temps de l'utiliser depuis pas mal de temps. D'ici peu sera monté sur un monture DDM60 de ASA. 

- Un second Celestron 14, bien plus récent que mon ancien C14, modifié pour l'astrophotographie, tube fibre de carbone, barillet avec des ventilateurs, hyperstar éventuel (la dernière génération). Il a été pendant des années sur une monture Astrola, puis démonté pendant quelques temps pour cause d'alemanite aigue (j'ai de plus en plus horreur de ces montures allemandes où l'on ne peut pas observer tranquille dans tout le ciel, que l'on doit retourner lorsqu'on passe d'un côté du méridien à l'autre). Depuis il a été installé sur une monture à fourche fait maison (avec une roue Valmeca en alpha et une roue Byers en delta, motorisation MCMTII). Il est installé sous une coupole. Il a été installé au départ avec un Hyperstar, mais ça ne tenait pas vraiment bien la collimation et surtout c'était quasi impossible à focaliser en mode automatique, le miroir primaire bougeant de trop. Je l'ai passé ensuite en foyer F/7 avec un réducteur Starizona. Il est utilisé avec une caméra QSI 583 wgs avec une caméra Atik Titan pour le guidage. J'ai encore quelques problèmes de décalage en déclinaison sur la monture, je dois refaire le montage de la vis sans fin.

- Un troisième Celestron 14, remonté de toutes pièces, le miroir vient d'un endroit, la lame d'un autre, le tube encore d'un autre. Histoire trop longue à raconter. Monté en hyperstar. A priori c'est parti pour que assez rapidement, les 2 C14 aillent de chaque côté de l'axe polaire d'une VMA200 rachetée d'occasion en Allemagne. Avec un MCMT32. Les deux adaptateurs hyperstar vers une caméra zwo 1600 ont un tiroir de filtre, donc on pourrait imaginer faire un bitube, avec OIII d'un côté et Halpha de l'autre. Sinon rechercher des astéroïdes rapides ce qui est bien plus amusant.

- Un télescope Ritchey Chrétien de 40cm à F/8. Monté sur une Paramount ME. Ce télescope est arrivé en 2004 ici, a connu différentes vies. Au départ il était la propriété du Campo Catino Observatory, qui a un moment n'a plus pu payer l'hébergement. J'ai fini par leur racheter. Aujourd'hui il est sur une monture VMA200 appartenant à Jean Benoit De Vanssay, et est utilisé par un petit groupe de personnes (Jean François Soulier, Jean Gabriel Bosch, Thierry Noel, Jean Benoit et moi) qui observent uniquement des comètes. Il a une caméra QHY9, une roue à filtres SBIG, un diviseur optique et une caméra Atik Titan pour le guidage. Il est utilisé en mode remote via le logiciel PRISM. Le site MPC est W96. Depuis j'ai acheté un réducteur de focale Astrophysics, donc le télescope est à F/5.4, et nous l'utilisons normalement en binning 2x2. Depuis peu un script écrit par Thierry Noel permet de l'utiliser en mode complètement automatique, le logiciel choisit lui même les cibles, les temps de pose, etc...

- 4 télescopes Celestron RASA. Au départ j'en ai acheté un, je l'ai utilisé quelque temps avec une caméra FLI ML16803 donne un champ de 3.4x3.4 degrés. Ca donnait de belles images, donc j'ai caressé l'idée d'en racheter un second, ce que j'ai fait, puis acheté la caméra FLI supplémentaire. Puis un autre, et encore un autre. J'ai aussi acheté une monture VMA200, et le plan pour l'instant est de mettre 2 télescopes de chaque côté de l'axe horaire. Certainement en prolongeant l'axe horaire pour faire une monture anglaise supportant mieux le poids des 4 télescopes. Avec la FLI les tests ont été très concluants. Mais en passant au CMOS les problèmes sont arrivés (pixels 3 fois plus petits). Collimation difficile à faire, gros hysteresis à la focalisation, donc pour l'instant tout est à l'arrêt et il est probable que je démonte le primaire, le visse sur le fond du tube, de façon à ce qu'il ne bouge plus, et que je fasse le foyer auprès de la caméra via un focuser low profile. Ce système ne s'exprimera bien que lorsque de futures caméras avec chip Sony de 100 megapixels sortiront. Là on aura un champ énorme, une très bonne résolution, une sensibilité maximale, et avec les 4 télescopes, la possibilité de couvrir 7000°² par nuit, jusqu'à la magnitude 21. Ceci étant, le RASA est vraiment nettement mieux que les hyperstar, champ plus grand, images piquées jusque dans les coins, pour l'instant je suis admiratif de ce télescope même si la mécanique laisse un peu à désirer pour un système à F/2.2...

- J'héberge une ferme de télescopes robotiques. Je peux utiliser certains d'entres eux sur demande. J'ai fait pas mal de travail intéressant sur un des Planewave de 50cm, monté sur une Paramount ME, notamment une occultation positive d'occultation d'étoile par l'astéroïde Eris, une double occultation par Pluton et Charon, plusieurs occultations d'astéroïdes transneptuniens positives. Ce télescope possède une caméra Apogee U42 avec un chip de 2048x2048 pixels amincie, très très sensible.

- J'utilise également un tube ASA de 40cm F/3.6, avec correcteur de champ et une caméra FLI PL16803 donnant un champ de 1.3x1.3 degrés. Cet instrument est installée sur une monture Skyvision Nova120 qui est vraiment un bijou, ça pointe mortel, ça suit pareil, on fait des poses de 10 minutes sans guidage et les images sont bien rondes (sauf généralement si on fait un pointage très loin de la position précédente, dans ce cas la première pose laisse un peu à désirer à cause des flexions du tube optique). Elle peut suivre des objets du système solaire, bref c'est vraiment autre chose que tout ce qui existe ailleurs, le grand pied. En Décembre 2014 j'ai terminé l'écriture de plusieurs scripts, dont un qui permet de surveiller le ciel austral pour rechercher des astéroïdes. Le script ne prend un champ donné qu'une fois par mois, choisit tout seul quels champs prendre, en évitant la lune et la voie lactée, s'occupe de l'autofocus, du recentrage automatique des champs, du prétraitement des images, gère l'ouverture et la fermeture du toit roulant, tout fonctionne tout seul. Vive PRISM... (le logiciel avec lequel tout ça a été écrit). J'ai utilisé ce télescope pendant un an à temps plein puis ai arrêté, parce que la productivité était au bout du compte assez faible, dit autrement, il faut soit un champ nettement plus grand (d'où les RASA) ou un diamètre nettement plus grand, dans la pratique la grande majorité des astéroïdes de magnitude 20 sont déjà découverts... Si on pose plus, on ne couvre plus de ciel, et si on pose moins on ne trouve rien de nouveau...

Du côté porte oculaire : 

Une gamme d'oculaires 2 pouces Ethos (21mm, 17mm, 13mm) Nagler (31, 20, 20, 16, 12, 9, 7), Panoptic (41mm et 2 35mm), Explore Scientific 100° (20, 14 et 9mm) Meade Super Wide Field (40 et 32) Panoptic (42mm, 35mm).
Sur les T60 j'utilise systématiquement des correcteurs ParacorrII et l'ancien Paracorr sert sur le 45cm F/4.1.

Quelques oculaires pour la photographie par projection de chez Williams optics.

Un oculaire Hypérion de 8mm. Pas cher, et bien. Un oculaire zoom télévue de 8-24mm, cher, pas bien :) quelques vieux oculaires ploosl et radian (4 et 6mm)..

Des filtres nébulaires différents, OIII, UHC ou encore Hbeta.

Une tête binoculaire Celestron, pour l'instant équipée de deux oculaires Ploosl de 32mm Televue. J'aurais du choisir des oculaires grossissant moins, mais ça sera pour une prochaine fois (des 24mm ? ). Bien intéressant sur pas mal d'observations. Sauf pour le grand public qui semble tous avoir des écartements oculaires différents, des visions différentes et qui en gros n'arrive pas à utiliser ce genre d'accessoire.

Barlows televue (1.8x, 2.5x, 4x powermate, 5x powermate)

Du côté des détecteurs:

Caméra CCD Audine avec KAF1602E avec obturateur, interface ethernaude et alimentation alaudine, avec une roue à filtre CFW10 de SBIG avec filtres clair, U, B , V, R, I, Halpha, OIII et SII Actuellement plus utilisée.

Caméra QHY9, qui est une caméra à base de KAF8300, avec laquelle j'ai eu pas mal de problèmes, notamment au niveau drivers, et maintenant ça semble arrangé. N'est pas une super caméra, mais donne de bonnes images. Au foyer F/8 du télescope de 400mm, le pixel fait 0.35 secondes d'arc, donc normalement elle est utilisée en binning 2x2. Elle aussi mise au rencart.

 2 caméras QSI583, avec le même chip que la caméra précédente, nettement meilleure qualité cosmétique, mais temps de lecture très long. Une est utilisée sur le C14 et l'autre sur un télescope RC de 30cm appartenant à un client, mais avec un spectro LISA qui est à moi.

Caméra Apogee U8300, achetée pour son très faible temps de lecture, utilisée sur le Ritchey Chrétien de 40cm en remplacement de la QHY9.

1 caméra SBIG STL11000, avec jeu de filtres Astrodon, montée avec le télé de 135mm sur la AZEQ6.

Roue à filtres CFW10SA de SBIG, que j'ai eu la bonne idée de brancher directement sur le port I2C de la STF8300, ce qui a provoqué un problème (il y avait de la fumée qui sortait). Je l'ai fait réparé, et je ne la brancherai plus jamais sur une caméra SBIG directement, quoique SBIG prétend qu'il n'y a pas de problèmes. Avec filtres U,B,V,R,I,C,Halpha,OIII,SII en 25mm de diamètre. Elle possède aussi un star analyser et d'un petit prisme (acheté chez Shelyak) pour faire de la spectro très faible résolution. Auparavant utilisée sur le RC de 40cm

Caméra STL110000 avec grande roue à filtres, filtres Astrodon, LRGB, Ha, OIII, SII, utilisée avec l'Epsilon

Caméra EMCCD Raptor avec TC237, utilisée sur le C14 avec un réducteur F/3.3 Celestron, pour les occultations. en pratique, j'utilise plus souvent la suivante :

Caméra QHY 174, avec un capteur aminci. Très sensible, en fait assez peu de différence avec la caméra EMCCD. Impressionnant vu le prix.

Caméra QHY163, munie d'un capteur Panasonic, actuellement le plus grand capteur CMOS monochrome disponible. Logiciel un peu buggé. Testée sur le foyer hyperstar du C14.

Caméras ZWO 1600 MM cool, 5 en tout. ZWO a sorti une nouvelle version de cette caméra (version Pro) qui améliore un peu la protection contre la condensation. Donc j'ai pu acheter plusieurs à prix réduit (à très réduit). Vont être utilisées sur les RASA.

Caméra ZWO 1600 couleur, non refroidie, achetée pour voir.

Caméra ZWO 183MM refroidie.

Caméras vidéos Watec120N et 902N avec digitalisateur d'image.

Caméra de guidage ST4, plus utilisée depuis pas mal de temps.

roue à filtres FLI à 7 positions (Clair, B, V, R, OIII, Halpha, SII). Utilisée sur le 40cm RC avec la caméra apogee

2 caméras FLI Proline 16803. Une sans roue à filtres (pas besoin de filtres pour observer des astéroïdes) la seconde avec une roue à filtres FLI CFW3-10 avec filtres Astrodon (pour l'instant LRGB et Halpha, et il me reste 5 positions de libre...). Donc deux correcteurs de champs Wynne de marque ASA pour ces caméras.

Quelques caméras de guidage Atik Titan, très bien, rien à redire.

Quelques caméras de guidage SBIG ST-i. On voit que le monde n'est pas parfait, cette caméra a un obturateur internet permettant de faire les darks sans avoir à couvrir l'objectif. Mais pas de refroidissement, l'Atik a un refroidissement mais pas d'obturateur... :(

Plusieurs pieds photos, dont un Bembo, et 2 Gitzo, un ancien, acheté sur ebay pour 80 euros, et un trépied carbone, nettement plus cher :)

J'ai également acheté quelques accessoires de façon à pouvoir des vidéos de bonne qualité : Une loupe qui permet de regarder l'écran de l'appareil tout en filmant, un enregistreur Tascam DR60D, et quelques micros, Sennheiser UHF, audio technica avec sa moumoute et son support, etc...

Un spectrographe LISA. Courant Janvier 2017, je suis en train de le monter sur un RC de 30cm F/6.8, sur une Paramount ME. Il est monté derrière un focuseur Atlas, un rotateur de champ Pyxis 3 pouces, et est équipé d'une des QSI583 et une Atik Titan pour le guidage.

Quelques antiquités : webcam Noir et Blanc, webcam Vesta Pro avec adaptateur 1.25" , webcam Compro PS39 avec adaptateur 1.25", caméra vidéo Philips avec adaptateur pour objectif Nikon 

Dans la rubrique "à mettre sur une étagère pour montrer aux jeunes comment c'était avant", un Nikon F801, un Nikon F, un Praktica LLC (mon premier boitier lorsque j'étais lycéen, racheté 20 euros sur ebay).

Dans la même rubrique, mais plus pro :), un Pentax 6x7 avec objectif standard (105 F/2.5), 45mm F/4 et 200mm F/4.

Toujours dans la même rubrique, pour les plus jeunes encore, qui n'ont pas connu les débuts de la photo numérique, un Nikon Coolpix 5000.

Boîtiers plus actuels, je suis passé chez Canon, dans la douleur (j'ai acheté mon premier boitier Nikon, un F2 en 1979), mais la différence en astrophotographie entre les boîtiers numériques Canon et Nikon était à l'époque tellement énorme.... Depuis, Nikon semble avoir au moins partiellement refait son handicap, mais bon, maintenant, je ne vais plus changer.

Un Canon 300D défiltré, plus utilisé.

Un Canon 5D défiltré

Un Canon 5D Mark II avec grip.

Un Canon 6D avec grip, il est très bien. Très sensible, on gagne presque 2 diaphs par rapport au 5D MkII

Optiques Canon qu'il faudra que je revende un jour : 24mm F/1.4, 28mm F/2.8, 50mm F/1.8, 2/100mm

Optiques Canon que je ne revendrai pas de si tôt : 100mm F/2.8 Macro, 2/135mm L (génial), 1.8/200mm (encore plus génial) 2.8/300mm, Zoom EF 16-35 F/2.8L II USM et Zoom EF 24-70 F/2.8L USM, Zoom EF 70-200 F/4L IS USM, Zoom EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS USM, multiplicateurs de focale 1.4x et 2x.

Optiques compatibles Canon, Peleng 8mm, Samyang 8mm, 12mm, 14mm F/2.8, Samyang 1.4/24mm, Samyang 1.4/35mm, Samyang 50mm F/1.4, Samyang 85mm F/1.4, Samyang 500mm F/6.3. Le 85mm est pour le prix de très bonne qualité. Je trouvais qu'il avait un peu d'aberration chromatique et j'ai testé un 85mm Canon F/1.2 à pleine ouverture et c'est bien pire. Le 24mm est très bien aussi avec le 6D on sort des photos de la voie lactée à main levée, il est meilleur que le Canon équivalent (24mm F/1.4). Le 35mm est quasiment parfait à pleine ouverture. Le 50mm n'est pas utilisable à pleine ouverture.

Un boitier Sony A7s défiltré, absolument dément en astronomie. Amusant aussi de mettre en mode vidéo au foyer d'un télescope et de voir les nébuleuses en couleur en temps réel.

Un flash Canon Speedlite 580 ex II.

Un Iphone X :) Marrant mais un téléphone aujourd'hui donne de meilleures images de la lune qu'un ancien boîtier Coolpix. En fait, tous les petits compacts Coolpix, même d'aujourd'hui sont assez nuls en astrophotographie.

Au niveau contrôle optique et collimation :

J'ai acheté plusieurs systèmes de collimation et ai fini par comprendre qu'il ne fallait pas mégoter. Quand on achète un petit collimateur laser pas cher, au moindre choc le laser n'est plus centré, on ne fait rien de bon. Aujourd'hui j'ai une petite malette Pelican avec mes outils de collimation, avec le matériel suivant :

- Un telecat, qui permet de dégrossir l'alignement des optiques.

- Un catseye, que j'utilise de moins en moins. Il est en fait très sensible à la manière dont il est monté dans le porte oculaire, si ça bagote un peu, on ne sait plus trop ce que l'on mesure.

- Un collimateur laser de Howie Glatter. Il est muni de plusieurs masques holographiques qui soient projettent un point, ou un réticule avec un cercle, une série de cercles concentriques ou une grille carrée. C'est propre, stable, bien ajusté. Je m'en sers après le Telecat pour bien centré les secondaires newton.

- Un tublug utilisé avec le laser précédent, qui permet de bien centrer les primaires.

- Un collimateur Takahashi qui permet de bien collimater les télescopes cassegrains (i.e. RC, CDK, etc...).

- J'ai par ailleurs acheté un film plastique sur lequel est tracé de nombreux cercles concentriques qui permettent de bien positionner les marques triangulaires au centre des miroirs. Voir ici.

- un shackscope  de 40x40 points, qui permet de vraiment bien mesurer les optiques, soit sur le ciel, soit en labo. J'ai acquis un miroir plan de référence de 30cm de diamètre, en attendant d'en trouver un plus grand.

- Un miroir plan de 30cm, qui permettra à terme de régler les optiques en labo.

En construction :

L'automatisation de l'abri de la monture NEQ6. Depuis l'année dernière j'ai écrit un soft qui permet l'ouverture et la fermeture de coupoles et toits ouvrants, et qui servira sur celui ci. Pour l'instant l'abri est manuel

Une caméra Audine avec capteur KAF3200E avec alimentation alaudine et interface éthernaude. Toutes les pièces sont dispos, me manque seulement un peu de temps pour changer la valeur haute de la tension de reset du chip, et assembler le tout et le temps pour le faire :) Plus trop motivant.

Un T600 équatorial F/3.5 que l'on commence à installer ici. La coupole est déjà montée. En fait j'ai été très occupé par les télescopes hébergés et j'ai décidé d'arrêter d'en prendre. Aujourd'hui je termine un certain nombre de télescopes et ensuite je serai à temps plein sur les miens.

Un second T600 équatorial, mais avec une monture nettement plus légère que la précédente.

Un T910 équatorial F/3.5

un T1150 azimutal F/3.72. J'ai déjà l'optique et le secondaire de 215mm, il sera utilisé pour les tours, il est en cours d'installation dans le champ de télescope. Optique de Normand Fullum, en verre ULE. Il faut que je fasse une page web, j'ai plein de photos et pas de temps libre :(

J'ai aussi un miroir de 635mm, un autre de 445mm, qui dorment, mais un jour, un jour ils seront installés dans des télescopes. Plus récemment j'ai aussi acheté un miroir de 1m50 de diamètre. Il fait 17cm d'épais et est en zérodur. Seul problème, il est à F/5, ce qui ferait un télescope de 7.5m de long, donc inutilisable, il faudra que je le retaille et le polisse, un projet pour la retraite :).

Les outils pour faire tout ça :

Si je devais me séparer de mes télescopes (ce dont je doute), je pense que les dernières choses que je vendrais seraient mes outils pour faire tout ça. Depuis plusieurs années, j'ai monté un atelier, aujourd'hui bien équipé. Il mesure plus de 100m2 de surface, j'ai perceuse colonne, tour (un modèle similaire à celui çi mais avec un banc de 1m de long), petite fraiseuse, des tonnes d'outils divers, matériel de soudure, soudure TIG, etc.. Nous avons aussi les moules et tout l'équipement pour faire des coupoles en fibre de verre clamshell de 3.5m de diamètre. 

Version du 6 décembre 2018 (la Saint Nicolas :) ).

Avancement de la réinstallation du télescope hollandais de 90cm à San Pedro

Publié le samedi 30 août 2014

Ce blog a été commencé le 27 Avril 2007. J'ai rajouté les premières images le samedi 12 Mai. En gros 2 Mo d'images.Pourquoi faire un blog ?Pour tenir mes amis informés des progrès de la construction (mes amis, donc qui garderont cette page en privé, ce n'est pas pour le reste du monde). Je n'ai v...

En savoir plus >>

Publié dans Le télescope hollandais de La Silla et son installation à San Pedro de Atacama

Démontage et déménagement du télescope hollandais de La Silla à San Pedro

Publié le samedi 30 août 2014

Sur cette page, l'ensemble du démontage et déménagement du télescope hollandais de La Silla à San Pedro 2 Mairéveil à 9h00, petit déj, je tente de contacter une personne qui a une feraille, et qui justement à racheté de la feraille à La Silla, dont l'anneau qui sert à manipuler le miroir d...

En savoir plus >>

Publié dans Le télescope hollandais de La Silla et son installation à San Pedro de Atacama

La seconde vie du télescope CAO (Campo Catino Austral Observatory)

Publié le samedi 30 août 2014

Histoire... En fait la quatrième vie de.... Lorsque je me suis installé au Chili, assez rapidement, j'ai eu des demandes de personnes souhaitant installer leurs télescopes sur place. Le premier télescope a ainsi été hébergé à partir de fin 2004. C'était un télescope de fabrication Zen, ultraléger...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

Skypointer

Publié le mardi 10 décembre 2013

En voilà un jouet qu'il est bien !.C'est un laser vert (532nm de longueur d'onde), pulsé, mais assez rapidement pour avoir l'impression de continu, qui fait 5mW de puissance (un pointeur laser normal fait typiquement 10 fois moins). C'est violent en plein jour. Il ne faudrait pas le prendre dans...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

Le télescope hollandais de La Silla et son installation à San Pedro de Atacama

Publié le dimanche 26 avril 2009

Ce télescope a été construit dans les années 1950 par la société Rademakers en Hollande et installé en 1957 à Hartebeespoortdam en Afrique du Sud, à ce qui était la station sud de l'observatoire de Leiden. C'est un télescope de 91cm avec une formule optique Dall Kirkham classique (primaire ellipt...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

Voici donc la suite de l'aventure

Publié le vendredi 10 avril 2009

Durant fin 2007 et tout 2008, l'essentiel de nos ressources ont été affectées à l'aménagement des lodges, nous avons refait l'installation de la piscine (chauffage solaire), l'alimentation des lodges en eau avec des hydropacks (pour obtenir une pression suffisante et avoir des réserves d'eau), in...

En savoir plus >>

Publié dans Le télescope hollandais de La Silla et son installation à San Pedro de Atacama

Construction du télescope azimutal de 60cm

Publié le mardi 20 mai 2008

J'avais commandé ce miroir aux Etats Unis en Septembre 2000, il devait être livré 3 mois plus tard. Donc, deux ans et demie plus tard, lorsqu'il a été enfin livré, il était assez loin d'avoir la qualité optique requise. On en restera là pour l'euphémisme du jour. Pratique hélas courante de guguss...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

Takahashi

Publié le mercredi 01 août 2007

J'ai pour l'instant une FS102 (rachetée il y a plusieurs années à Christian Buil) sur une monture EM200 USD (rachetée à Pierre Jean Pallez en Janvier 2002). Je ne vais pas faire de commentaires spéciaux sur cet ensemble, si ce n'est qu'il n'y a pas de mystères, bonnes marques, prix élevés, qualit...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

T40CAO - 40cm F/8 Ritchey Chrétien telescope

Publié le mardi 03 juillet 2007

This telescope is a 40cm F/8 Ritchey Chrétien telescope. It was built by the italian firm Marcon.It was delivered to Chile in February, but because of different problems with the customs arrived in San Pedro only in early March.I installed it as soon as possible on the CAO Paramount. It was a ple...

En savoir plus >>

Publié dans Takahashi

Télescope LX200 10 pouces (254mm) F/D 6.3

Publié le dimanche 21 mai 2006

Acheté en Février 2001 sur Astromart, livré deux mois plus tard au Chili.Le propriétaire m'avait averti du fait que ce télescope ne suivait pas bien, ce dont j'ai pu me rentre compte assez rapidement. Ce dont je me suis rendu compte aussi est que l'optique n'était pas faramineuse, et devait...

En savoir plus >>

Publié dans Instruments

Partager cette page

Nous contacter

  • Adresse: Caracoles 400-2, San Pedro de Atacama, Chile
  • Email: infoSPAMFILTER@spaceobs.com
  • Teléphone: +56 (55) 2 566 278
  • Portable: +56 (9) 5217 3959 - No Whatsapp
  • Site Internet: www.spaceobs.com

Prochaines lunes

22-12-2018
17:50 UT.

29-12-2018
09:36 UT.

06-01-2019
01:29 UT.

14-01-2019
06:46 UT.

Sponsors