San Pedro de Atacama Celestial Explorations

La solution complète pour observer le ciel d'Atacama

Quelques conseils pour voyager dans le nord du Chili

San Pedro de Atacama est une oasis dans le désert d'Atacama. Vue sur une mappemonde, on peut la localiser très près de la triple frontière entre Bolivie Argentine et Chili. C'est un lieu qui a été habité depuis près de onze mille ans par les indiens atacaméniens (le peuple Lickan Antay), les limites géographiques en sont la Cordillère des Andes à l'Est, la précordillère, dite Cordillère de Domeyko à l'Ouest, et le Salar d'Atacama au sud.

Voici une image obtenue sur http://maps.google.com/ :

Google Maps - Nord du Chili

C'est mimi comme coin, non ?

A cause de la beauté naturelle du village et de ses environs, c'est un des trois endroits les plus visités du Chili, avec le parc national de Torres del Paine en Patagonie et l'île de Pâques. C'est également une des étapes d'un tour qui débute usuellement à Santiago, à San Pedro, puis au Salar d'Uyuni, le lac Titicaca, et finalement le Machu Pichu au Pérou, le tout avec de multiples variations possibles.

Cette page donne quelques informations, les miennes, et n'engagent que moi. Il faut vous dire qu'a priori habitant à San Pedro, je ne vais pas dormir dans les hôtels de San Pedro, et si je vais quelques fois au restaurant, la qualité du servie d'un restaurant peut changer dès que le chef quitte, etc... Idem, depuis que j'habite ici je ne visite pas les environs en prenant des tours, j'y vais avec mon 4x4... :)

Liens concernant San Pedro de Atacama :

Un site très complet sur San Pedro

Un autre site tout aussi complet sur San Pedro

Les guides touristiques :

Il existe plusieurs guides touristiques qui parlent du Chili. Les guides chiliens sont en espagnol et en anglais, vous les trouverez au Chili (à l'aéroport de Santiago par exemple). Ils sont bien à jour, leurs auteurs venant chaque année. Par exemple Turistel et les guides Puelche. Les cartes du guide Turistel sont la référence locale (comme le Michelin en France).

Pour les guides internationaux, la situation est plus aléatoire. Nous sommes témoins du fait que la situation évolue vite, et tel restau ordinaire peut devenir bon, ou l'inverse, idem de nombreux hôtels se sont ouverts depuis 2003, et je n'en connais que quelques uns, en fonction de ce que des clients m'ont dit. Je ne dors évidemment jamais à l'hôtel à San Pedro... Depuis que nous sommes à San Pedro (Mars 2003), nous avons eu la visite des collaborateurs de Footprint (anglais, 2x), le Petit Fûté (plusieurs fois, ils me semblent les plus sérieux), Moon Travel Handbook (1x). Jamais vu une personne se présentant d'un autre guide. On imagine que quelqu'un a du venir, mais de façon anonyme.

Voyager au Chili, et venir à San Pedro :

Le Chili, pour l'avoir visité un peu, et avoir voyagé un peu dans d'autres coins du monde auparavant est un des plus beaux pays au monde. San Pedro est un endroit très visité. Pour cette raison c'est également un endroit plus cher que la moyenne chilienne (je sais de quoi je parle, j'ai du acheter une maison ici...).

LanChile : La compagnie nationale, qui offre normalement les meilleurs services.

Sky : Une autre compagnie low cost.

Actuellement l'aéroport de Calama n'est pas un aéroport international, il vous faut donc arriver de l'étranger via Santiago. Bien que le voyage par avion en lignes intérieures soit grandement préférable compte tenu des distances, il est aussi possible de voyager confortablement en bus, pour beaucoup moins cher mais beaucoup plus de temps ( Il faut 24 heures de bus pour aller de Santiago à San Pedro).... Au Chili, il y a 4 types de bus : Ordinaire (ejecutivo), semi cama (cama veut dire lit, donc sur des sièges qui s'inclinent et permettent de dormir un peu plus confortablement que dans le bus ordinaire, qui sur des aussi grands trajets est vraiment à ne pas recommander), cama (sièges beaucoup plus confortables qu'en semi cama, 3 sièges dans la largeur du bus, comme les sièges de première classe en avion, largement recommandable pour pouvoir passer une nuit dans le bus sans être courbatu le lendemain) et super cama, qui sont des bus à deux étages, l'étage du bas ne contenant que 6 sièges, mais qui s'inclinent à l'horizontale comme un lit. Les prix varient bien sûr d'un type à l'autre, mais la différence de prix est inférieure à la différence de confort. Pour les super camas, il faut vraiment réserver à l'avance. Le prix d'un voyage en super cama n'est vraiment plus loin des tarifs les plus économiques en avion. Dans ce contexte, en regardant le budget de votre voyage, il faut comprendre que l'avion aller retour vous fait gagner 2 jours de vacances sur l'ensemble.

On peut venir aussi via le Pérou, mais vu les bonnes relations entre les deux pays :), il faut arriver à l'aéroport de Tacna, puis prendre un taxi jusqu'à Arica (de l'autre côté de la frontière), puis retrouver les lignes chiliennes... pas des plus simples. Il est souvent presque préférable de faire un Lima Santiago puis un Santiago Calama. On peut également venir de Salta (Argentine) directement à San Pedro par bus (Pullman).

Compagnies de bus desservant Calama:

Chaque grande ville possède un terminal de bus, avec différentes compagnies assurant les transports du nord au sud.

Pour des questions de qualité générale du service, nous préférons : Tur Bus

Pullmann bus est une autre compagnie recommandable, mais qui ne va que jusqu'à Calama, il faut donc changer de bus pour arriver à San Pedro.

Frontera del Norte (seulement entre Calama et San Pedro) est une petite compagnie qui dessert San Pedro depuis Calama. Ont également des bus pour Toconao et Socaire (moyen économique de visiter ces deux villages typiques). Leurs bus sont plus fréquents, mais pas aussi propres que ceux de Tur Bus... :(

Un truc tout bête, toujours réserver un siège dans la partie avant du bus. Plus loin des toilettes, moins d'odeurs, moins de gens qui passent en vous réveillant la nuit.

Encore un autre, vérifier les jours fériés au Chili avant votre départ, notamment si vous voulez voyager par bus. idem pour les vacances scolaires. Ils ne sont pas aux mêmes dates que les français (on aurait pu s'en douter, vu que nous par exemple on ne célèbre pas la bataille navale d'Iquique, et que eux n'ont pas d'armistice de 18...). Normalement, les bus sont pris d'assauts. Comme dans le sketch de Chevallier et Laspalès, il y en a qui ont essayé, et ils ont eu des problèmes... En gros, tout est réservé au moins une semaine avant, et vous risquez de rester sur place en attendant le lundi suivant par exemple.

Il existe différents services de navettes entre l'aéroport de Calama et San Pedro. Sauf si vous avez à faire à Calama (la ville des trois P : Polvo, Perros y Putas, certainement une des villes les plus moches du Chili) il revient presque au même de prendre ces navettes que le bus de San Pedro à Calama et de se faire gringoter par un taxi (c'est à dire arnaquer lorsque le taxi voit que vous n'êtes pas d'ici) pour vous amener à l'aéroport. En règle générale en arrivant d'un long voyage, il vaut mieux ne pas mégoter pour 3 francs 6 sous, et dépenser un peu plus et arriver sans avoir d'attentes inutiles. A vous de voir. Une des adresses de transfer est transfer Licancabur, transferlicancabur-@-terra.cl (enlever les - de chaque côté du @) ou encore 55 33 41 94 ou 99999404. Je ne sais pas s'ils répondent à d'autre chose que les messages en espagnol, mais il faut tenter un message simple genre "reservacion 2 personas - transfer Calama San Pedro, date, heure, et numéro de vol et compagnie aérienne". Il y a aussi transvip

Location de véhicules :

En conduisant sportivement, on peut presque faire tous les tours autour de San Pedro en voiture normale. Mais avec des chances plus élevées de crever un pneu avec une petite voiture. Une 2x4 semble une alternative utile. Le 4x4 est nettement plus passe partout, et n'est vraiment utile que lorsqu'il pleut, c'est à dire tout de même assez rarement; ou pour aller dans des tours un peu plus extrêmes. Nous vous recommandons de louer auprès d'une agence sérieuse, parce que les véhicules sont mieux maintenus. La plupart des grandes agences de location ont un bureau à l'aéroport de Calama. Depuis peu Europcar a une agence à San Pedro, et nous les recommandons parce qu'en cas de problèmes, ils peuvent vous aider directement, ce qui n'est pas trop le cas d'une agence située à 100km d'ici. Si vous souhaitez continuer vers Uyuni, par exemple, il est plus facile de pouvoir déposer son véhicule à San Pedro (avec une surcharge au niveau prix) plutôt que de devoir perdre un jour à aller à Calama et revenir en bus. Tout en sachant que l'agence est fermée le dimanche et le lundi.

Dans San Pedro :

Pour se déplacer dans San Pedro, il existe un certain nombres de taxis, normalement situés sur le parking derrière la feria artisanale. On peut aussi louer des vélos.

A San Pedro il y a un hôpital de première urgence situé dans la rue Lepaige, au dessus de la place principale. Toconao 7. Tel 85 10 10.

Il y a plusieurs machines bancaires à San Pedro. Mais il arrive qu'elles soient en panne ou sans argent en fin de semaine. Venir toujours avec un peu d'argent liquide. Sinon il y a pléthores de banques et de distributeurs à Calama. En cas de pépin avec les distributeurs de banque, une autre solution est d'aller avec votre carte bleue à l'agence Tur Bus et de proposer aux touristes de payer leur transport avec votre carte bleue de façon à ce qu'ils vous laissent leur liquide. Bien plus rapide que de perdre un jour à Calama.

Il y a plusieurs téléphones publics.

Hôtels :

Il y a un choix assez énorme à San Pedro, depuis des hôtels all inclusive (grand luxe, très bons restaurants inclus dans le prix, votre guide privé avec un 4x4 rien que pour vous, mais avec des prix au delà de 1000 dollars la nuit par personne), à des chambres à 10000 pesos par personne, et plusieurs personnes dans la même chambre. Donc difficile d'être exhaustif. Si vous arrivez par bus, vous vous ferez alpaguer à la descente du bus par des gens qui ont des petits hôtels, souvent en périphérie de San Pedro. Si on connaît, on trouve des hôtels du même niveau de qualité et moins loin du centre comme des petites pensions à 15000 pesos la nuit (à vérifier, mais disons premiers prix), une salle de bain partagée, avec une petite cuisine pour se faire la tambouille. On trouve ensuite des hôtels avec salle de bain privée, à partir de environ 30000 pesos la chambre. En hiver il est impératif de trouver un hôtel avec chauffage dans la chambre. En hiver, il fait très froid la nuit à San Pedro. La plupart des hôtels acceptent la carte visa.
Comme dit plus haut, je n'ai plus dormi dans un hôtel de San Pedro depuis que j'y habite. Il est possible de regarder les forums des guides de voyages pour trouver de l'information, ou sur des sites comme tripadvisor.com. A condition de savoir lire un peu entre les lignes. Les personnes qui commentent sur tripadvisor ont en gros trois raisons de le faire : Premièrement, ils ont pu être mécontent du service qui leur a été proposé. Mais une partie du mécontentement peut venir de la personne elle même. Donc regarder la distribution (l'histogramme) des commentaires, s'il y a une très grande majorité de commentaires excellents et un ou deux très mauvais, on peut en général ne pas prendre en considération les mauvais commentaires. La seconde raison est que la personne a été particulièrement enthousiasmée par la qualité du service. Une personne qui a juste "été satisfaite" du service ne fera pas de commentaires. La troisième raison peut être que le propriétaire des lieux a demandé à ses clients d'écrire le commentaire positive, quand il ne l'a pas écrite lui même sous un faux nom. Donc regarder le nombre de rapports qu'a faite la personne. Un site où il n'y a que des commentaires élogieux, mais où la grande majorité des commentaires ont été écrits par des personnes qui n'ont écrit qu'un seul commentaire dans leur vie est pour le moins suspect. Quand on lit un commentaire comme " Reading through the positive reviews, it's clear that many of them read like marketing language and the hotel management has been involved in their preparation. We saw her standing over another guest at the shared computer prompting them about what to write, and she kept their airport transfer waiting until she was happy. Read the negative reviews first to get the truth about a place like this." on peut effectivement avoir des doutes.

Restaurants :

Il n'y a pas de gastronomie locale au sens atacaménien du terme. La gastronomie chilienne est assez pot au feu et autres soupes, poulet ou poisson frit. Je ne pense pas qu'on vienne au Chili seulement pour la gastronomie. La plupart des restaurants de San Pedro offrent une nourriture de type internationale, avec une qualité qui peut varier d'année en année suivant le chef. En général les restaux de la rue Caracoles sont bien et sans surprises.

Gourmandise :

Depuis quelques années, Carmen, qui travaillait avant à l'hotel Explora a ouvert sa pâtisserie, "les délices de Carmen" sur la rue Le Paige, entre l’hôtel Soncheck et l’hôtel Corvatsch. Petites tartes aux pommes, au citron, etc.. on est loin des gâteaux chiliens bourrés de manjar (confiture de lait, en gros du lait concentré sucré, resucré, caramélisé, trop c'est trop). Depuis peu, un français, Arthur, a ouvert la Franchuteria sur le haut de la rue Le Paige (en direction de la douane), pain français, croissants, etc... A condition d'arriver ni trop tôt, ni trop tard, en général vers 11h du matin, tout a été vendu. 

Internet :

Il y a plusieurs cafés internet. Certains ont une liaison plus ou moins rapide mais la situation s'est bien améliorée depuis les temps héroïques...

Agences et guides :

Depuis que nous sommes ici, nous avons vu pas mal d'agences ouvrir puis fermer. Il y a de tout à San Pedro, depuis de bonnes agences à des gens qui confondent tour et transport. Il faut aussi savoir si vous voulez un guide, en français, ou en anglais, ou en espagnol. Souvent les différences de prix pour un tour de bonne qualité ne sont pas si élevés (on se fait souvent avoir parce que le tour est 2000 pesos plus cher, ce qui ne fait que 3 euros et quelques..., sûr que 2000 brouzoufs, ça semble cher...).

Une agence qui en général est recommandable est Cosmo Andino.

La solution de luxe pour visiter San Pedro consiste à prendre un guide privé. Si ce n'est pas économique pour une personne, pour une famille, ou un petit groupe d'amis, c'est une option à regarder de près.

Vous pouvez aussi louer une voiture ou un 4x4 (utile si vous voulez visiter la plupart des sites d'ici). Compte tenu des distances, je ne recommande pas de voyager en voiture au Chili. On a plus vite fait de prendre le bus et d'y dormir confortablement, et louer une fois sur place, plutôt que de se taper des 1000 bornes de nuit et autres aventures. La plupart des tours offerts par les agences (les grands classiques, genre Vallée de la lune, Geysers du Tatio, lagunes altiplaniques) peuvent se faire seuls avec une camionnette 2x4 et une bonne carte. Je suis allé au Tatio plusieurs fois sans problèmes. Au pire, en suivant le flot des minibus qui y montent. Là où il peut y avoir problèmes est si vous êtes fatigués, avez des problèmes avec l'altitude, ou si vous conduisez comme un chauffard.

Evitez systématiquement les agences qui offrent des tours pour faire l’ascension du volcan Laskar. Ce sont clairement des amateurs irresponsables. C'est effectivement, comme ils le disent en tant qu'attraction, le volcan actif à proximité de San Pedro. La plupart du temps il émet quelques fumerolles, bien visibles au lever du soleil. Sauf que en gros tous les 3 à 5 ans il fait une éruption. Si l'on compte une éruption tous les 1000 jours, cela veut dire que 99.9% du temps vous ferez une ascension agréable, verrez quelques fumerolles, et redescendrez tranquillement. En gros la même chose qu'une ascension d'un autre volcan, sauf le fait de voir quelques fumerolles. Sauf que vous prenez un risque de revivre ce qui est arrivé à un ami guide, qui était monté avec des clients tranquillement et qui, après avoir entamé la descente depuis 5 minutes, a vu le volcan exploser, et possède toujours le record de descente du Laskar en courant. Tout s'est bien passé, mais est utile de prendre des risques inutiles pendant ses vacances ?. J'ai eu aussi des amis qui sont partis un matin au Laskar, et arrivés au pied du volcan ont du faire demi tour, parce qu'il y avait trop de fumerolles. Pour des raisons de sécurité (qui serait contre ?) ils ont du rentrer sur San Pedro et évidemment le guide s'est fait payer le prix normal.

Il faut quand même réaliser que les sites locaux sont des sites extrêmes, et que la Nature pardonne peu aux inconscients. Dans ce domaine, prendre un tour, c'est tout de même acheter une sécurité. A 4 ou 5000m, il peut se mettre à neiger très vite, et ce qui a commencé comme une ballade sympa peut se transformer en cauchemar. Si vous avez déjà tenté de changer une roue à 5000m, ou de sortir une voiture d'une ornière ou de la neige à ces altitudes, vous me comprendrez. A ces altitudes, vous avez la moitié moins d'oxygène qu'au niveau de la mer, et le moindre effort coûte énormément. Passer une nuit à -20° est aussi une chose difficile. J'ai déjà donné, tout en étant équipé pour l'observation astronomique, et j'ai eu de meilleurs souvenirs. De la même façon, un peu de préparation ne nuit pas. Si vous partez seul, prévenir les carabineros. Avoir deux pneus de secours (à demander au moment de la location dans les grandes agences), vérifier avant de partir que les pneus sont démontables facilement. On trouve souvent des roues bloquées avec une clé pneumatique, et elles sont impossibles à démonter. Encore moins à 5000m. Idem, vérifier le cric, prendre de l'eau, de l'essence, etc... Il y a une pompe à essence Copec à San Pedro, juste derrière l'Hosteria San Pedro.

Dans les visites à ignorer, celle de la mine de Chuquicamata, une des plus grandes mines de cuivres du Chili. Si vous arrivez à la bonne heure, vous voyez une petite vidéo promotionnelle, on vous amène au bord de la mine (un très grand trou), vous prenez une photo près d'un camion géant, zou, circulez, rien à voir, une journée de perdue.

Les tours boliviens :

Pour être dans le politiquement correct, la Bolivie est un magnifique pays aussi, mais nettement moins développé que le Chili. Seules les agences boliviennes ont droit de vous vendre des tours pour la Bolivie. Il en existe 4 ou 5 à San Pedro. Partir en Bolivie est un peu partir à l'aventure. Des fois c'est partir beaucoup. Uyuni, sixième ville du pays n'a pas encore de route d'accès goudronnée. Imaginez la ville de Nice en France, mais sans routes. Les 4x4 des agences de San Pedro semblent toujours avoir fait plusieurs fois le tour de la Terre, et ayant fait 3 fois un tour à Uyuni, mon expérience personnelle (donc pas forcément la votre) est que c'est extrêmement variable. D'une part, vous allez être trois jours avec des gens que vous ne connaissez pas, et une fois je suis tombé sur d'autres touristes pas sympas (je fais toujours dans le politiquement correct). Ils se sont installés sur les meilleurs sièges, juste derrière le chauffeur et n'en n'ont pas décollé de tout le voyage (mais ça, l'agence n'en est pas responsable). Ce n'est pas le cas général, mais ça peut arriver. Une autre fois sur un chauffeur qui n'en a pas décrochée une du voyage (genre si tu n'aimes pas les touristes, change de boulot) et une autre fois, j'ai pris le voyage fin Février, donc à la fin de la saison des pluies, et nous avons pu visiter le lac d'Uyuni (évidemment ces gros futés ne vous disent pas que le salar est inondé, et même vous disent qu'il n'y a pas de problèmes). Comme cette inondation est variable suivant les années, le plus simple est d'aller demander aux touristes qui reviennent d'un tour comment était le salar. Les trois fois néanmoins j'ai été enchanté par ce tour, c'est vraiment très très beau. Dans l'ensemble ça se passe bien, mais plusieurs personnes m'ont raconté des cauchemars, lié à l'état des routes, à l'état des voitures, à l'état des passagers (disons que faire tout un tour en vomissant sans arrêt, surtout le premier jour en fait, c'est pas cool, vive l'altitude). Vérifiez bien également qu'on vous vend bien un aller retour si c'est ce que vous voulez, sinon vous êtes bon pour repayer à Uyuni pour pouvoir revenir au Chili. On ne pourrait que souhaiter un tour un peu plus cher, mais avec des chauffeurs guides parlant au moins l'anglais, une meilleure nourriture et moins de gens dans le Landcruiser. Les sandwichs thon mayonnaise tomate, ouaip, mais bon... Idem en hiver (Juillet Août), surprise surprise, venez avec un bon gros sac de couchage, les couchages étant souvent dans des pièces assez mal isolées, et les températures pouvant être assez basses (genre température négative dans la chambre au petit matin). Et sans eau chaude pour se laver (ce n'est pas le cas général, mais ça m'était arrivé) et pas d'électricité non plus. Je m'étais fait avoir une fois, et les fois suivantes j'étais venu aussi avec mon matériel de Mc Gyver (petit testeur et tournevis) de façon à rebrancher les prises électriques des dortoirs de façon à avoir de l'électricité pour recharger les accus de mon appareil photo. Comme je vivais déjà au Chili, j'avais aussi amené une couverture électrique. Faut pas mollir. Ceci étant, ce sont des paysages magiques. 

Partager cette page

Nous contacter

  • Adresse: Caracoles 166, San Pedro de Atacama, Chile
  • Email: infoSPAMFILTER@spaceobs.com
  • Teléphone: +56 (55) 2 566 278
  • Portable: +56 (9) 98 17 83 54
  • Site Internet: www.spaceobs.com

Prochaines lunes

21-08-2017
18:31 UT.

29-08-2017
08:14 UT.

06-09-2017
07:04 UT.

13-09-2017
06:26 UT.

Sponsors