Voici donc la suite de l'aventure. Avril 2009

Durant fin 2007 et tout 2008, l'essentiel de nos ressources ont été affectées à l'aménagement des lodges, nous avons refait l'installation de la piscine (chauffage solaire), l'alimentation des lodges en eau avec des hydropacks (pour obtenir une pression suffisante et avoir des réserves d'eau), installé des cuves de gaz (à la place de bouteilles), reconstruit et équippé une lodge qui était en ruine, aménagé les parkings, refait la route d'accès, etc, etc... Maintenant nous pouvons dégager de l'argent et de la main d'oeuvre pour terminer le remontage du 90cm. Nous employons actuellement trois ouvriers à temps plein sur le projet.

Dans les travaux préliminaires, j'ai acheté un compresseur d'air assez puissant et une sableuse de façon à enlever la peinture originale du télescope.

Puis j'ai fait construire un portique de façon à pouvoir soulever des charges, la première utilisation sera de pouvoir soulever la base du télescope (2 tonnes) de façon à pouvoir monter les 2 plaques de métal qui recevront le télescope sur le pilier, et les souder à la bonne distance. Il servira également à assembler les poutres qui feront le support de la coupole.

Ensuite il a fallu commencer le coffrage du reste du pilier. Début des activités, semaine du 20 Avril 2009.

Il a fallu tout d'abord préparer des plaques de bois (renforcées avec des planches de 2x3 pouces, ben oui on est en Amérique, donc avec des unités du moyen âge), les découper, puis les installer autour du pilier. Le jeudi 23 dans la nuit j'ai vérifié au laser que le pilier était bien orienté vers le sud. Ensuite, le coffrage a été assuré par des rondins de bois, et une fois le bas du coffrage terminé, les ouvriers ont remplis à nouveau le trou de terre, de façon à stabiliser le pilier (ça fera plusieurs tonnes de terre dessus la base). Le début a été fait à la pelle, ensuite la terre était trop loin, donc via des brouettes. A raison de 20cm d'épaisseur, puis ensuite passage à la compacteuse, puis une autre épaisseur, etc...


Resuite de l'aventure, 11 Mai 2010.

L'annonce de la crise économique a fait que, afin de ne pas être aussi dépendant des fluctuations du tourisme local, j'ai décidé de développer la partie ferme de télescope de l'observatoire, il a fallu donc acheter un terrain (celui entre les lodges et ma maison), installer un observatoire, c'est à dire au départ, déplacer un container sur le terrain, le transformer en salle de contrôle, acheter et installer un système photovoltaïque (21 panneaux solaires de 205 watts chacun, un régulateur de charge, un inverseur de tension de 6 KW, et des batteries de cycle profond (prochainement la capacité passera à 1320 ampères heures sous 48 volts). J'ai embauché deux personnes supplémentaires, et avons installé aujourd'hui 8 télescopes robotiques, plus mon C14. D'autres télescopes vont se joindre prochainement à ce système. J'ai fait construire également un atelier pour la réalisation de coupoles en fibre de verre, qui servira évidemment pour ce projet. Pas trop de ressources ni de temps à accorder à mon 90cm...

Le design de la coupole du 90cm est bien avancé, et me plaît bien. La crise économique n'a pas réellement eu lieu au Chili et donc malgré tous les autres travaux en cours (un autre 60cm visuel pour les locations et la finition du 60cm équatorial par exemple), j'ai maintenant relancé les travaux sur le télescope, et j'espère maintenant être enfin dans la ligne droite. Durant l'année, les ouvriers avaient fixé les plaques de métal supportant le télescope. Il fallait donc terminer le pilier et si possible avant l'hiver et les grands froids nocturnes. Ici en hiver en fin de nuit la température descend souvent à -15°. Mes ouvriers ont travaillé deux jours sur la consolidation du coffrage, et le 11 Mai, 2 camions de bétons sont venus à l'observatoire.

Voici une image du coffrage avant l'arrivée du béton

Et ici une vue plongeante dans le pilier lui même.

Un des problèmes est qu'un camion de béton ne peut que déverser son chargement plus bas, et pas plus haut. En théorie on aurait pu louer une pompe à béton, mais le prix était prohibitif, compte tenu du fait qu'il est proportionnel au nombre de m3 de béton, mais avec un minimum de 40m3. Plus le transport de Calama à San Pedro. Donc le coffrage a été réalisé avec une partie démontable, permettant de couler le béton à une hauteur de 1.4m, puis après le remontage d'une plaque de bois, terminer le remplissage. Voici une image lors du remplissage des premiers 6m3 de béton. Auparavant nous avons appliqué sur la dalle du fond un genre d'epoxy permettant le collage entre la base du pilier et ce nouveau béton.

Le premier camion n'a pas eu de problèmes pour déverser sa charge, le béton a été vibré. Le second camion a rempli le coffrage jusqu'à 1.4m de haut de la même façon, puis nous avons refermé le coffrage, et le reste a été rempli via une pelleteuse. Ici nous sommes en train de remonter la porte pour le reste du remplissage.

Il a fallu faire (grâce à la même pelleteuse) une rampe d'accès, et mettre une plaque en bois sur le dessus du coffrage pour faire couler tout le béton dans le coffrage. J'ai inclu une petite animation (il est probable de devoir autoriser le contrôle Active X pour la visualiser sur votre page).

 

Evidemment, Murphy guettait, et alors qu'il ne restait plus que 30cm de béton à mettre, le coffrage s'est rompu, et plusieurs m3 de béton se sont échappés. Il a fallu renforcer le coffrage, puis récuperer la plus grande partie du béton remplir le bac de la pelleteuse à la pelle (manuelle), et terminer le remplissage du coffrage. Il a fallu préparer plusieurs sacs de ciment sur place pour remplacer le béton qui n'a pas pu être récupéré. Ca a été chaud... :). Pendant ce temps, je n'ai pas trop pris de photos. Juste une, après coup pour montrer la gueule de la bavure...

Vers 16 heures le haut du pilier était lissé. D'ici une semaine, nous décoffrerons. La base du batiment sera ensuite construite, puis le mur de la coupole, puis la coupole... Nous discutions cette après midi avec Guillaume Blanchard de la construction d'un observatoire de cette taille, et de l'échelle des problèmes que l'on peut rencontrer par rapport à des projets plus ordinaires, construction d'un gros télescope dobson, montage d'un télescope automatique de 50cm. Là, sur un gros télescope équatorial, tout est à une autre échelle, et on n'a pu que repenser au T1M de Dany Cardoen, et le travail qu'il a du accomplir à l'époque pour monter son télescope. Chapeau bas parce que ce n'est vraiment pas un travail de petit bras.

14 Mai, début du décoffrage

On a viré tous les étais, et commencé à virer l'avant et l'arrière du coffrage. Tout a l'air bien. On a eu de la chance également ces derniers jours ont été bien nuageux, c'est très rare à cette époque de l'année, mais c'est bien que le béton n'ai pas séché si vite. Sur la photo de gauche à droite, moi, Raul, son fils Ivan, et Jose Luis. Photo prise par G. Blanchard. Sur le haut du pilier on voit les vis sur lesquels vont se fixer le télescope et le tube gris à gauche (qui sera coupé à ras) est un tube dans lequel le contrepoids de précharge d'alpha descendra.

La météo a été mauvaise, mais ça permet d'avoir de beaux couchers de soleil...

Alain Maury.