San Pedro de Atacama Celestial Explorations

La solución completa para observar el cielo de Atacama

Advertencia

La pagina que solicitaste no esta disponible en tu idioma por lo tanto te lo mostramos en el idioma por defecto

Pagaille chilienne et tourisme...

Tourisme et astrotourisme au Chili…

16 Novembre 2019

Petit texte rapide, juste pour donner quelques informations sur la situation actuelle, vue d’ici.

Comme vous le savez si vous vous intéressez un peu au monde, lisez ou écoutez les nouvelles : Au Chili en ce moment, il y a une pagaille majeure. Et ce depuis plus d’un mois.

La société chilienne est très inégale (presque de la même façon que tous les pays d'Amérique du sud), il y a des très riches et des très pauvres. Et cette situation est de moins en moins tenable. Le salaire minimum est vraiment ridicule (un tiers du smic français), et les retraites sont aussi très mauvaises (de l’ordre de 20% de votre ancien salaire, vous condamnant de fait à une certaine misère). La constitution qui date de l’époque de Pinochet favorise énormément le domaine privé au détriment du public.

Il faut savoir malgré tout que ceci n’a pas été inventé par Pinochet, depuis la création du Chili, les inégalités sont très grandes.

La grande majorité des chiliens admettent que les revendications sont légitimes.

La même grande majorité des chiliens par contre condamne les pillages et destructions causées par un tout petit groupe d’imbéciles. En très peu de temps, des groupes de jeunes, étudiants à l’université pour la plupart, marqués soit très à gauche, encore branchés Karl Marx, 19ème siècle, lutte des classes, Allende is not dead (well, he is… heureusement ), soit anarchique, du genre ni dieu ni maître, sauf qu’on aimerait bien imposer notre vision du monde sur le reste du monde (donc devenir les maîtres). Il est impressionnant de voir comment un tout petit groupe d’imbéciles peuvent arriver à Venezualiser un pays. Toujours est-il que ces destructions continuent (Novembre), principalement à Santiago et dans les grandes villes, et encore pas toutes. A Santiago, principalement dans les quartiers pauvres, et dans le centre-ville. Je suis passé il y a quelques jours dans le centre de Santiago, et il y a des rues qui ressemblent un peu à des zones de guerre, tout ce qui a pu être détruit l’a été, tout un tas de graffitis imbéciles (excusez le pléonasme) sur tous les murs.

Evidemment ces destructions pénalisent beaucoup plus les pauvres que les riches. Ce qui d’une certaine façon est comique dans le sens où ça démontre que les imbéciles qui ont causé ces destructions ne réfléchissent pas trop (on s’en doutait). Le gouvernement a remplacé le métro par un service de bus, mais qui est bien sûr bien moins efficace que le métro, les gens prennent beaucoup plus de temps pour se rendre à leur travail, doivent marcher beaucoup plus pour aller faire leurs courses, etc… Les riches… ont des voitures.

Personne ne sait trop comment la situation va évoluer. Le gouvernement a admis le principe d’une nouvelle constitution, pour laquelle nous voterons en Avril 2020. Je doute que l’on puisse écrire un texte aussi compliqué qu’une constitution en si peu de temps, je doute aussi qu’il y aura moyen de satisfaire tout le monde, presque par définition. Je doute aussi que les actes crétins s’arrêteront pour autant. Un genre d’acte crétin est par exemple attaquer une caserne de gendarmerie. Le genre d’action où la probabilité de se prendre une bastos dans la tête est non nulle. Attaquer une pharmacie est plus facile. Il y a évidemment le trauma des années de dictatures, au Chili bien sûr, mais aussi dans le reste du monde (et beaucoup en France). S’il y a le moindre acte de violence de la part des policiers, nous aurons doit en boucle à des vidéos montrant que Pinochet est de retour, la répression, la dictature, etc… Quelle que soit la réalité de la situation.
Je vis ici depuis l’an 2000, et en discutant avec beaucoup de chiliens et en lisant un peu l’histoire du Chili je me rends compte que globalement la description de la dictature chilienne est beaucoup amplifiée par rapport à ce qui s’est passé, et se passe encore dans pas mal de pays d’Amérique du Sud. Pour la plupart des chiliens, si Pinochet n'avait pas tué et torturé, il serait considéré comme un héros national, ayant libéré le pays du communisme. Evidemment Pinochet et ses compères n’étaient pas des anges, loin de là, mais il est amusant/triste de voir que si on demande à un français de parler d’une dictature d’Amérique du Sud dans les années 70, tout le monde répond Pinochet. La réalité est que, même si les chiffres sont imprécis, la dictature chilienne c’est en gros 3500 victimes (du côté des socialo-communistes, mais 1500 aussi dans les forces de l’ordre), l’Argentine c’est en gros 10 fois plus, et évidemment personne ne parle plus du sentier lumineux, maoïste, au Pérou (20 fois plus), du grand homme qu’a été cette ordure de Fidel Castro, dont le régime sévit encore à Cuba (110000 morts) ou encore des FARC (220000 morts). Pinochet a côté des FARC est un rigolo. Quand ce triste personnage de François Hollande est venu ici, rencontre avec la fille d’Allende (qui pourtant a tout fait pour causer sa chute), et 6 millions d’euros pour les FARC dans la seconde partie de son voyage en Amérique du Sud… Pour la petite histoire, le jour où Hollande est venu dans l’Atacama, inaugurer une centrale photo électrique (construite en collaboration avec EDF)… il a plu. Dans le désert le plus sec du monde… 

En tant que chilien, nous voyons plus d’informations sur notre situation ici qu’en France (Belgique, Suisse, etc…). On a vu sur internet une arrestation plutôt musclée d’un jeune faisant parti d’un petit groupe, défilant « pacifiquement », sauf que les policiers ont ensuite publié la photo du même jeune quelques instants plus tôt menaçant le chauffeur d’une voiture avec un pistolet. Idem, arrestation d’une personne assez âgée, tout le monde choqué, saloperie de flics, et il s’avère qu’il avait une hachette sur lui. Bien sûr les policiers ont causé la mort de plusieurs personnes, en tirant des balles plastiques ("balines", ça se traduit par pellets) et plus de 200 manifestants (à ce jour) ont perdu un œil. Il suffirait de viser les jambes pour que les conséquences soient beaucoup moins graves, il y a quand même une volonté manifeste d’une partie des forces de police de faire du mal inutilement. Une bonne partie des personnes décédées sont des gens qui étaient en train de piller un supermarché lorsqu’un autre imbécile y a mis le feu. Bref, comme partout aujourd’hui, plein d’information, difficile d’avoir l’information correcte, ou d’être sûr que l’information que l’on reçoit est toute l’information.

Ceci étant…

Dans le reste du Chili, it’s business presque as usual. Beaucoup d’entreprises ont fermé, mais les aéroports fonctionnent normalement, on circule librement (il faut éviter de tomber dans une manifestation évidemment). J’ai des clients qui arrivent sans encombre de Santiago à Calama, puis de Calama à San Pedro. Les supermarchés sont achalandés normalement. Les hôtels et restaurants sont ouverts, les tours (vallée de la lune, geysers, etc…) fonctionnent normalement. A San Pedro il y a eu quelques manifestations, mais c’est fini, tout le monde ici dépend du tourisme et la dernière chose à faire est d’empêcher le tourisme de fonctionner normalement. Les tours astronomiques fonctionnent également  .

 

Quelques réflexions personnelles sur la situation, comparée à la situation française.

Le contexte est évidemment assez différent, mais il est facile de faire une comparaison entre la situation française de 2018 et la situation chilienne en fin 2019 (Novembre ici c’est Mai en France). Les démonstrations actuelles au Chili : gilets jaunes en France. Les dégradations, bleak black blocks français : Encapuchados chiliens. Repression de la police, grenades ayant arraché des mains où fait perdre la vue, balines chiliennes… Je crois que globalement, surtout eu égard à la taille du pays et de population, les destructions ont été beaucoup plus fortes et dans un temps beaucoup plus court au Chili qu’en France.

Là où s’arrête la comparaison est bien sûr au niveau de l’action du gouvernement, qui a été somme toute assez rapide de la part du gouvernement chilien, contrairement au gouvernement français qui donne quand même l’impression assez nette de ne pas tenir compte de la volonté des français. Laisser pisser, répression, grand débat en invitant les participants et en gros on continue comme avant, pas de référendum d’initiative citoyenne, etc...

Je modifierai cette page au fur et à mesure si nécessaire.

Compartir esta página

Contactarnos

  • Dirección: Caracoles 400-2, San Pedro de Atacama, Chile
  • Email: infoSPAMFILTER@spaceobs.com
  • Teléfono: +56 (55) 2 566 278
  • Celular: +56 (9) 5217 3959 - No Whatsapp
  • Sitio Web: www.spaceobs.com

Próximas lunas

12-12-2019
05:14 UT.

19-12-2019
04:59 UT.

26-12-2019
05:15 UT.

03-01-2020
04:46 UT.

Auspiciadores